Avr 242014
 

Les nouvelles vont vites! Ce matin, je publiais une mise à jour sans savoir qu’un gros morceau allait sortir en après-midi!

Christian Askeland présente le dossier… : «Jesus had a Sister-in-Law» (N.B. : Le titre de ce billet a été modifié suite à une controverse au sujet du mot «Ugly» présent dans le titre original)

*Addendum 25 avril 2014 : Mark Goodacre, «Jesus’ Wife fragment : the Forgery of the Associated Fragment» et «Illustrating the Forgery of Jesus’ Wife’s Sister Fragment»* (ce dernier billet contient une image du côté A du fragment de l’Évangile de Jean)

*Addendum 25 avril 2014 : Pour nos amis qui lisent le portugais, Julio Cesar Chavez, «A tinta do fragmento da “Esposa de Jesus” e a evidêcia (definitiva) de falsificação»*

*Addendum 26 avril 2014 : Alin Suciu, «The Gospel of Jesus’ Wife Papyrus. Final Considerations»

 

*Addendum 28 avril : «Christian Askeland, «The Forgery of the Lycopolitan Gospel of John»

*Addendum  25 juin 2014 : Stephen Emmel procède à une analyse codicologique du fragment et conclue à un faux.

 

__

Pour l’expliquer en quelques mots, en essayant de simplifier, le dossier scientifique publié dans le Harvard Theological Review présente une datation du soi-disant papyrus de l’épouse de Jésus en le comparant avec un fragment de l’Évangile de Jean qui fait partie du même lot, qui appartient au même vendeur-collectionneur anonyme et dont la provenance est inconnue – déjà là, nous avons quelques drapeaux rouges.

Au sujet de l’encre, l’article publié dans la revue (sous le titre «Characterization of the Chemical Nature of the Black Ink in the Manuscript of The Gospel of Jesus’s Wife through Micro-Raman Spectroscopy») est en fait un condensé de deux pages et demi d’une étude plus substantielle (de 29 pages) qui est disponible sur le site web de l’Université Harvard. Voici cette étude (vous pouvez la télécharger à partir de cette page) :

James T. Yardley, Alexis Hagadorn, «Report: Ink Study of Two Ancient Fragments through Micro‐Raman Spectroscopy».

Ce qu’il y a de nouveau, ce que la communauté scientifique n’avait pas noté jusqu’ici, c’est que cet article présente des images recto-verso du fragment de papyrus de l’Évangile de Jean qui a été daté en même temps que le fragment de papyrus qui mentionne la femme de Jésus. Christian Askeland note que la graphie des deux papyrus est similaire – ce qui est normal. Mais le pot aux roses, c’est qu’il note aussi que le fragment de l’Évangile de Jean est en dialecte lycopolitain (ou subakhmimique, le dialecte numéroté L5) et qu’il présente un ordre des mots identique à une édition moderne de l’Évangile de Jean dans ce dialecte L5 édité en 1924 par Sir Herbert Thompson, The Gospel of St. John According to the Earliest Coptic Manuscript.. Voyez les images du fragment plus bas dans ce billet (mais ça prend une petite connaissance du copte pour apprécier l’affaire.)

 

En après-midi sur facebook, je notais (en anglais) ceci sur le babillard d’Alin Suciu :

Wow! Impressive! There is always one line skipped when we compare with Thompson’s edition! However, he wrote ebol in the fragment instead of abal in Thompson’s. Well, seems that C. Askeland find something big!capture

 

(traduction libre – puisque je me cite : Wow! Impressionnant! Le fragment présente toujours le texte avec un saut d’une ligne par rapport à l’édition de Thompson. Je note une différence, il a écrit ebol plutôt que abal. Christian Askeland semble avoir trouvé quelque chose d’important!)

Alin Suciu a publié quelques minutes après cette image qui le démontre clairement :

Lisez son article au complet : Alin Suciu, «Christian Askeland finds the “Smoking Gun”».

J’ai aussi écrit ceci sur son babillard :

Statistically, the chances for such a fragment to harmonize consistently with a line skip compared with Thompson’s edition are minimal. I made what you did, but with fragment A and the concordances are the same!

capture2

(traduction libre – puisque je me cite : Statistiquement, les chances sont faibles qu’un fragment puisse s’harmoniser avec autant de précision, avec un texte qui présente systématiquement un saut d’une ligne par rapport à l’édition de Thompson. J’ai fait la même chose que toi, mais avec le fragment A et j’arrive au même résultat!)

** Addendum 25 avril 2014 : Si vous voulez suivre le fil de discussion associé à cette image, sur le babillard facebook d’Alin Suciu, suivez ce lien (j’espère que ça marche, c’est la première fois que je mets un lien fb sur mon blog)**

** Addendum 26 avril 2014 : Voici l’image du côté A du fragment illustrant la concordance avec l’édition de Thompson (crédit Mark Goodacre)** 

L’histoire n’est pas finie, j’en suis convaincu…

 

**

Post Scriptum

Pour le bénéfice des lecteurs, je répète ce que je dis sur mes autres billets depuis 2012 : Un texte qui mentionnerait une épouse du Christ n’aurait rien pour ébranler quoi que ce soit (nous ne sommes pas dans le Da Vinci Code tout de même!) Cela dit, je suis toujours convaincu que le papyrus est un faux, un faux qui ne sert qu’à polluer la recherche historique et la réflexion théologique contemporaine.

 

Si le papyrus s’avérait authentique, je le placerais bien plus du côté du symbolisme nuptial inspiré du Cantique des cantiques, comme on le lit dans l’Apocalypse de Jean, plutôt que du statu matrimonial de Jésus. (ici et ici)

Alors je vis un ciel nouveau et une terre nouvelle, car le premier ciel et la première terre ont disparu et la mer n’est plus.
Et la cité sainte, la Jérusalem nouvelle, je la vis qui descendait du ciel, d’auprès de Dieu,
comme une épouse qui s’est parée pour son époux. (Apocalypse de Jean 21. 1-2)

Alors l’un des sept anges qui tenaient les sept coupes pleines des sept derniers fléaux vint m’adresser la parole et me dit :
Viens, je te montrerai la fiancée, l’épouse de l’agneau. (Apocalypse de Jean 21. 9)

L’Esprit et l’épouse disent : Viens !
Que celui qui entend dise : Viens !
Que celui qui a soif vienne,
Que celui qui le veut reçoive de l’eau vive, gratuitement. (Apocalypse de Jean 22. 17)

Et puis le billet de 2012.

Cela dit, le concept d’épouse du Christ est quelque chose de bien documentable dans la littérature spirituelle patristique. Mais ça ne signifie pas qu’il s’agisse d’un mariage dans le monde matériel, si je puis le dire ainsi. C’est comme le baiser sur la bouche que Jésus donne à Marie Madeleine dans l’Évangile de Philippe (un des pivot du Da Vinci Code et du livre Holy Blood and the Holy Grail). Ce baiser est le signe, ou le processus du transfert de l’Esprit et de la naissance spirituelle. On cite souvent en effet le logion 55 de l’Évangile de Philippe (les mots et les lettres entre crochets indiquent que l’éditeur les a restitués par une conjecture) :

(55) La Sagesse qu’on appelle « la stérile » est la mère [des] anges et [la] compagne du S[auveur].

[Quant à Ma]rie Ma[de]leine, le S[auveur l’aimait] plus que [tous] les disci[ples et il] l’embrassait sur la [bouche sou]vent. Le reste des [disciples]  [ . . ] . . . . . [ . ] . [ . . ] . . ils lui dirent : « Pourquoi l’aimes-tu plus que nous tous ? » Le Sauveur répondit et leur dit {   } « Pourquoi ne vous aimé-je pas comme elle ? »

Mais on mentionne beaucoup plus rarement ce qui vient avant dans le texte et qui constitue la clé herméneutique, les logia 30 et 31 (j’ajoute les caractères gras) :

(30) Tous ceux qui sont engendrés dans le monde c’est par la nature qu’ils sont engendrés, et les autres, c’est [d’où] ils sont engendrés qu’ils se nour[rissent]. L’homme, c’est de la [pro]messe qu’il re[çoit sa nourri]ture, en [vue du li]eu d’en haut. [S’il . . . . ] lui de la bouche – [d’où] provient la parole -, alors il serait nourri par (ce qui provient de) la bouche et il deviendrait parfait.

(31) En effet, les parfaits, c’est par un baiser qu’ils conçoivent et engendrent. C’est pourquoi nous aussi nous embrassons mutuellement et c’est par la grâce qui est en nous mutuellement que nous recevons la conception.

C’est une interprétation de la symbolique des noces dans le Cantique des cantiques («Qu’il me donne des baisers de sa bouche…») dont fait écho l’Apocalypse de Jean (les noces de l’Agneau) qui l’exprime littéralement : «L’Esprit et l’Épouse disent “Viens”» (Apocalypse 22.17). Nous (incluant les exégètes et les historiens) ne comprenons plus tellement bien ce langage qui exploite l’allégorie et la typologie. Mais c’est ainsi que les chrétiens s’exprimaient, ainsi que la branche rabbinique la plus mystique dans le judaïsme. J’ai un article sur ce sujet qui s’en va bientôt sous-presse “Husband and Wife as Spirit and Soul”.

Le papyrus soi-disant de l’épouse de Jésus. Mise à jour

 Actualité, Antiquité, Réflexion, Religieux, Universitaire  Commentaires fermés sur Le papyrus soi-disant de l’épouse de Jésus. Mise à jour
Avr 242014
 

À propos de ce dont j’ai parlé il y a quelques jours : Le papyrus soi-disant de la “femme de Jésus” – Quelques questions…

Voici quelques nouvelles (et articles de spécialistes en plus de ceux qui sont mentionnés dans les autres billets consacrés à ce papyrus). Vous trouverez les liens à la fin de ce billet-ci, en bas de la page. C’est surtout en anglais, je vais en ajouter sur ce même billet de temps à autre. Pour ce qui est des médias, il est clair que la majorité des journalistes et pigistes n’ont lu que le communiqué de presse envoyé par l’Université Harvard et n’ont pas lu les articles scientifiques (le lien est sur mon billet précédent) pourtant publiés aussi par Harvard… Or, il y a une discordance entre la dépêche de presse et les articles!

On constate aussi du côté des théologiens, théologiennes et historiens, historiennes des religions qu’il y a ceux et celles qui y tiennent coûte que coûte (du genre, c’est authentique parce que ça cadre avec mon agenda personnel), il y a les sceptiques coûte que coûte (du genre c’est un faux parce que ça ne cadre pas avec mon agenda personnel) et ceux et celles qui discutent sérieusement (au sein desquels certains y croient, d’autres sont convaincus qu’il s’agit d’un faux et d’autres suspendent leur jugement en attendant la suite).

Je conçois que le grand public s’y perd complètement.

Pour ma part, je suis encore extrêmement sceptique, non pas parce que ça « m’ébranle ». N’oublions pas que je suis l’auteur d’un mémoire de M.A. sur le motif de l’Esprit saint comme mère de Jésus et sur la masculoféminité du Logos (androgynie dans mon mémoire). N’oublions pas que je suis l’auteur d’un article sur la masculoféminité d’Adam. N’oublions pas que j’ai des articles sous presse sur le motif de l’époux et de l’épouse dans le Nouveau Testament, sur la masculoféminité du Christ dans la littérature chrétienne ancienne. Ce sujet m’intéresse au plus haut point (voir aussi ce que je dis dans mes autres billets consacrés à ce papyrus). Mais c’est justement parce que je m’y intéresse que je suis méfiant. Je ne veux pas que le débat et la recherche soient pollués par des trafiquants d’art, des faussaires et des chercheurs sans scrupules qui ne veulent que pousser leur agenda personnel…

Si le papyrus s’avérait authentique, je le placerais bien plus du côté du symbolisme nuptial inspiré du Cantique des cantiques, comme on le lit dans l’Apocalypse de Jean, plutôt que du statu matrimonial de Jésus.

 

Alors je vis un ciel nouveau et une terre nouvelle, car le premier ciel et la première terre ont disparu et la mer n’est plus.
Et la cité sainte, la Jérusalem nouvelle, je la vis qui descendait du ciel, d’auprès de Dieu,
comme une épouse qui s’est parée pour son époux. (Apocalypse de Jean 21. 1-2)

Alors l’un des sept anges qui tenaient les sept coupes pleines des sept derniers fléaux vint m’adresser la parole et me dit :
Viens, je te montrerai la fiancée, l’épouse de l’agneau. (Apocalypse de Jean 21. 9)

L’Esprit et l’épouse disent : Viens !
Que celui qui entend dise : Viens !
Que celui qui a soif vienne,
Que celui qui le veut reçoive de l’eau vive, gratuitement. (Apocalypse de Jean 22. 17)

 

Larry Hurtado, «“Jesus’ Wife” Articles in HTR: Initial Thoughts».

Larry Hurtado, «“Jesus’ Wife Fragment”: Further Observations».

Francis Watson, «Jesus’ Wife Attempts a Comeback: Initial Response».

Leo Depuydt, «The Papyrus Fragment and the Crocodile: When Discerning a Blunder is Itself a…» (avec les réserves de Jim Davila concernant le ton moqueur de cet article).

Celui-ci date de 2012, il m’avait échappé. Arguments paléographiques et linguistiques. : Georgeos Diaz-Montexano, «Mary, Jesus’ Wife. A IV Century Coptic Papyrus. True or False?».

Dans Le monde des religions, une entrevue avec Jean-Daniel Dubois : «Jésus avait-il une femme? Le papyrus reste muet».

Enfin, dans Live Science, une enquête qui ouvre une porte du côté plus nébuleux de la théorie du complot et de l’identité du soi-disant premier acquéreur du papyrus… : «Gospel of Jesus’s Wife : Doubts Raised about Ancient Text». (Mark Goodacre,  «More Doubts Surface on the Jesus Wife Fragment» et Christian Askeland commentent et corrigent quelques données de cet article : «Hans-Ulrich Laukamp and the GJW»)

Certaines choses se précisent…

 

 

Une recension du livre “En marge du canon”

 Antiquité, Colloque, Religieux, Universitaire  Commentaires fermés sur Une recension du livre “En marge du canon”
Avr 212014
 

Vient de paraître une belle recension du volume En marge du canon. Études sur les écrits apocryphes juifs et chrétiens, paru en 2012 aux Éditions du Cerf sous la direction de mon ami André Gagné et notre collègue Jean-François Racine et dans lequel j’ai une contribution. J’avais déjà annoncé ce volume ailleurs sur mon blog.

La recension est signée par le chercheur belge Boris Paschke qui souligne que les contributions contenues dans ce recueil «offrent des points de vu très instructifs» et qu’Il constitue une «contribution très importante, et un guide compétent pour ceux qui souhaitent explorer le “continent apocryphe”».

Ma contribution à ce recueil est intitulée «L’Évangile de Judas cinq and après sa (re)découverte: Mise à jour et perspectives». (j’ai ai parlé ailleurs sur mon blog, ici et ici). Vous pouvez la lire en ligne ici. Le Dr. Paschke la recense de manière très élogieuse. Je vous laisse découvrir ça! Vous pouvez lire la recension sur un site associé à la Society of Biblical Literature : Review of Biblical Literature (vous pouvez aussi télécharger directement le PDF ici).

Avr 132014
 

(Une mise à jour est ici en date du 24 avril 2014)

 

Depuis vendredi, les médias et la blogosphère s’emballent de nouveau… une semaine avant Pâques! C’est en effet devenu une tradition que de lancer une controverse pendant le carême! Pensons au faux tombeau familial de Jésus, pensons aux faux rouleaux de métal, pensons au manuscrit en syriaque daté du Moyen âge, mais présenté comme plus ancien que les évangiles canoniques et j’en passe. Cette fois-ci, c’est une vieille histoire qui revient dans les médias. J’en avais parlé en septembre 2012 (avec des mises à jour jusqu’au 14 novembre 2013).

Si vous lisez l’anglais, vous avez le dossier scientifique ici, tel qu’il est paru dans le Harvard Theological Review. En cliquant sur l’onglet «Latest issue» les articles s’affichent et vous pouvez les ouvrir et les télécharger en format PDF – en principe, le dernier numéro s’affiche automatiquement.

J’attire votre attention sur les deux articles intitulés : « Accelerated Mass Spectrometry Radiocarbon Determination of Papyrus Samples »

Lisez-les et notez ceci :

Le labo de Harvard date le papyrus entre les années 659 à 869 de notre ère. Le labo de l’Arizona date le papyrus entre les années 405 à 209 AVANT notre ère, ce qui est un non sens!

Les médias ne vous le disent pas et Karen King – la prof de Harvard qui est derrière tout ça – passe bien vite sur la question…

Je note souvent – et je le dis souvent – que la datation au carbone 14 n’est pas une méthode précise, que des facteurs comme la contamination des échantillons – ou du matériel – peuvent jouer des tours. Nous en avons donc encore une fois une illustration!

Mais encore, on a prélevé des miettes de papyrus qui ne comportaient pas de trace d’encre afin de procéder à la datation au carbone 14. L’encre n’a donc pas été datée. L’encre n’a été qu’analysée chimiquement et spectroscopiquement.

D’autre part – et ça c’est une bourde monumentale de la part des médias, le manuscrit de l’Évangile de Jean qui est daté dans les deux articles intitulés « Accelerated Mass Spectrometry Radiocarbon Determination of Papyrus Samples » n’est pas l’original, mais une copie, un exemplaire qui a été daté à titre comparatif. Que d’affirmer que le fragment de papyrus est contemporain de l’époque de la rédaction de l’Évangile de Jean relève du contresens le plus grossier! Et c’est que ce rapportent de nombreux médias! (** Addendum en date du 24 avril, il y a désormais des suspicions autour de ce papyrus de l’Évangile de Jean. Détails ici)

Les médias ne disent pas bien fort non plus que la majorité des spécialistes de l’Antiquité tardive, des papyrologues et des coptologues (des spécialistes de la langue copte) sont d’avis qu’il s’agit d’un faux.  (Je vous donne à la fin de ce billet quelques liens d’articles écrits par des vrais spécialistes).

Il est en effet aisé de fabriquer de telles choses à partir d’un bout de papyrus ancien et vierge acheté sur le marché noir (ça se trouve facilement). Plusieurs ont noté que des bouts de phrase de l’édition PDF en ligne de l’Évangile de Thomas (sur le site web de Michael Grondin) qui comporte des fautes qui sont uniques à ce PDF, se retrouvent reproduites dans le papyrus. Ça, c’est un argument de taille qui est minimisé par Karen King. Un argument technique qui est difficile à évaluer de la part du grand public, mais qu’un spécialiste du copte voit très bien. Notons donc ceci : Certains médias affirment n’importe quoi, notamment le Figaro (Mis à jour Publié ) qui écrit que la structure grammaticale permet «de dater l’origine du document entre le VIe et le IXe siècle.» C’est faux!! La structure grammaticale indique au contraire qu’il y a quelque chose qui cloche! (** Note du 14 avril 2014 : Je reçois des questions à ce sujet, si vous lisez l’anglais, lisez ça sur le blog de Alin Suciu; puis ces deux articles de Andrew Bernhard 1; Andrew Bernhard 2 – ces articles comportent des citations en copte)

Autre faux détail mentionné dans le Figaro : «Aucun évangile ne mentionne le fait que Jésus ait été marié ou ait eu des disciples féminines» C’est faux! Les évangiles canoniques mentionnent ceci :

Or, par la suite, Jésus faisait route à travers villes et villages ; il proclamait et annonçait la bonne nouvelle du Règne de Dieu. Les Douze étaient avec lui, et aussi des femmes qui avaient été guéries d’esprits mauvais et de maladies : Marie, dite de Magdala, dont étaient sortis sept démons, Jeanne, femme de Chouza, intendant d’Hérode, Suzanne et beaucoup d’autres qui les aidaient de leurs biens. (Évangile selon Luc 8. 1-3)

Jésus lui dit : « Marie. » Elle se retourna et lui dit en hébreu : « Rabbouni » – ce qui signifie maître. Jésus lui dit : « Ne me retiens pas ! car je ne suis pas encore monté vers mon Père. Pour toi, va trouver mes frères et dis-leur que je monte vers mon Père qui est votre Père, vers mon Dieu qui est votre Dieu. » Marie de Magdala vint donc annoncer aux disciples : « J’ai vu le Seigneur, et voilà ce qu’il m’a dit. » (Évangile selon Jean 20. 16-18)

Comme ils étaient en route, il entra dans un village et une femme du nom de Marthe le reçut dans sa maison. Elle avait une sœur nommée Marie qui, s’étant assise aux pieds du Seigneur, écoutait sa parole. Marthe s’affairait à un service compliqué. Elle survint et dit : « Seigneur, cela ne te fait rien que ma sœur m’ait laissée seule à faire le service ? Dis-lui donc de m’aider. » Le Seigneur lui répondit : « Marthe, Marthe, tu t’inquiètes et t’agites pour bien des choses. Une seule est nécessaire. C’est bien Marie qui a choisi la meilleure part ; elle ne lui sera pas enlevée. » (Évangile selon Luc 10. 38-42)

La journaliste du Figaro nous laisse une impression floue… Comme si elle n’aurait fait que reproduire ce qui se colporte et se grapille sur le web. A-t-elle lu le dossier scientifique et s’est-elle documentée? Ça manque de sérieux…

Mais encore plus tendancieux de la part des médias, c’est que Karen King elle-même dit dans la conclusion de son long article, celui qui est intitulé : « “Jesus said to them, ‘My Wife…’” : A New Coptic Papyrus Fragment » (à la page 158 ) : 

«The most historically reliable early Christian literature is silent about Jesus’s marital status, and the GJW fragment does not change that situation. It is not evidence that Jesus was married».

(GJW fragment = le bout de papyrus en question)

Traduction :

«La littérature chrétienne primitive la plus historiquement fiable est silencieuse sur l’état matrimonial de Jésus, et le fragment GJW ne change rien à cette situation. Il ne prouve pas que Jésus était marié ».

Karen King pense même désormais que le fragment, s’il est authentique, aurait pu subir l’influence d’un milieux islamique. On est donc assez loin d’un texte contemporain de l’Évangile de Jean qui parle de la conjointe de Jésus! À la page 159, elle écrit :

«In January 2014, I concluded this article by stating it would not be the last word on the subject. And now in early March, I received news of the results of the second radiocarbon testing of the material artifact of GJW that gives it a mean date of 741 c.e. This date suggests a new line of inquiry into the context of the fragment’s circulation in Egypt of the Islamic period, given the Qur’an’s designation of Jesus as “Son of Mary” and its view that prophets (among whom Jesus is numbered) were usually married, although the Qur’an does not state specifically that Jesus was married.»

Traduction :

« En Janvier 2014, je concluais cet article en déclarant qu’il ne constituerait pas le dernier mot sur ce sujet. Et maintenant, début Mars, j’ai reçu des nouvelles des résultats du deuxième test au radiocarbone de l’artefact matériel de GJW qui lui attribue une date moyenne de 741 de notre ère. Cette date indique une nouvelle piste de recherche (a new line of inquiry) sur le contexte de la circulation du fragment en Égypte pendant la période islamique, compte tenu de la désignation de Jésus dans le Coran comme « Fils de Marie » et son point de vue à l’effet que les prophètes (parmi lesquels Jésus est compté – selon l’Islam) étaient généralement mariés, bien que le Coran ne précise pas que Jésus était marié. »

Les médias qui parlent d’un papyrus contemporains de l’Évangile de Jean disent vraiment n’importe quoi… En aucun moment Karen King n’a suggéré une telle conclusion. Ce manque de rigueur est injustifiable et inacceptable, mais ne me surprend guère.

Je me permets aussi de me vous renvoyer à ce que je disais le 18 sept. 2012 : L’idée d’une épouse du Christ est documentable dans la littérature chrétienne ancienne. Il ne s’agit pas d’un mariage dans le monde matériel, mais d’une symbolique nuptiale inspirée du Cantique des cantique. C’est la même thématique qui est sous entendue dans l’Apocalypse de Jean. Je cite :

Alors je vis un ciel nouveau et une terre nouvelle, car le premier ciel et la première terre ont disparu et la mer n’est plus.
Et la cité sainte, la Jérusalem nouvelle, je la vis qui descendait du ciel, d’auprès de Dieu,
comme une épouse qui s’est parée pour son époux. (Apocalypse de Jean 21. 1-2)

Alors l’un des sept anges qui tenaient les sept coupes pleines des sept derniers fléaux vint m’adresser la parole et me dit :
Viens, je te montrerai la fiancée, l’épouse de l’agneau. (Apocalypse de Jean 21. 9)

L’Esprit et l’épouse disent : Viens !
Que celui qui entend dise : Viens !
Que celui qui a soif vienne,
Que celui qui le veut reçoive de l’eau vive, gratuitement. (Apocalypse de Jean 22. 17)

 

Ce qui m’amène à poser la question sous un angle sociologique, plutôt qu’historique (ou chimique!). Pourquoi les médias ne s’intéressent-ils qu’à ce qui est subversif? Pourquoi les médias inventent-ils autant? Pourquoi certains journalistes sont-ils satisfaits lorsqu’ils publient des brouillons? Où sont nos véritables journalistes d’enquête? Pourquoi les médias ont-ils occulté certains détails importants des résultats de la datation au carbone 14? Pourquoi avoir autant ergoté en disant que le papyrus est contemporain de l’Évangile selon Jean, ou en affirmant que les évangiles canoniques ne parlent pas de femmes disciples ou en exagérant le tout en affirmant, au-delà des conclusions de Karen King, que nous avons désormais la preuve que Jésus était marié? Pourquoi un Jésus marié est-il si important pour notre époque? Pourquoi la période précédant Pâques est-elle si propice à ce genre de publications et à un certain manque de discernement et d’esprit critique? À chaque mois il se découvre pourtant des manuscrits bibliques anciens (pensons aux papyrus d’Oxyrhynque), il se découvre des manuscrits d’oeuvres classiques (tels Homère, Platon et d’autres) et c’est en général publié dans des revues académiques, mais dans l’indifférence totale de la part des médias. Je vous invite à lire à ce sujet la lettre ouverte de Brice C. Jones (le lien est au bas de la page).

J’ajoute aussi, en terminant, que nous déplorons régulièrement la montée d’une certaine pensée dite “conspirationiste” alors que certains voient des complots partout et s’imaginent que les médias sont complices d’une machination destinée à tromper les honnêtes gens. À lire le Figaro et d’autres médias et leur manière de traiter cette nouvelle, ça me laisse perplexe, ça me dit que certains médias s’amusent avec le public (en sont-ils conscients?) et nous prennent pour des gourdes. Un peu de rigueur SVP… Du respect aussi pour vos lecteurs.

 

D’ici quelques jours, probablement pendant le congé de Pâques, je reviens sur ce sujet avec d’autres réflexions. (Une mise à jour est ici en date du 24 avril 2014)

**

Christian Askeland (spécialiste des évangiles coptes) : Jesus’s Wife Resurrected from the Dead.

Candida Moss (Notre-Dame University) : The “Gospel of Jesus Wife” is Still as Big as Mystery as Ever.

Brice C. Jones (Concordia University) : The Gospel of Jesus’ Wife : An Open Letter to Historians.

(Une mise à jour est ici en date du 24 avril 2014)

Fév 182013
 

Quelqu’un m’interpelle au sujet des prédictions de Pierre Jovanovic. J’avoue que je m’intéresse peu à ce qu’il fait et à ce qu’il dit et écrit sur son site web. Mais bon, je ne demande qu’à être convaincu. J’ai l’esprit assez ouvert lorsque quelqu’un me poste un vidéo ou un article pour le lire. Mais bien souvent, avec Jovanovic, je reste sur ma faim.

Cela dit, je me suis intéressé à l’édition en deux tomes des textes de Nag Hammadi publiée par sa maison d’édition Le jardin des livres (sous le titre : Les manuscrits de Nag Hammadi). De ça, je peux bien dire un mot.

Sur le coup, ça semble une bonne édition, bien savante. Le nom qui paraît sur la couverture est celui de James M. Robinson! Ça impressionne! Le professeur Robinson est en effet le pionnier de la recherche sur les textes de Nag Hammadi. Professeur émérite à Claremont Graduate University. Détenteur d’un doctorat honoris causa de l’Université Laval. Un homme remarquable que je connais bien en plus (photo 1 et photo 2) – mais bon, le point n’est pas là. Le problème des volumes en question n’est donc pas le nom de l’auteur qui apparait sur la couverture. Le problème vient plutôt de la traduction française. Il faut en effet savoir d’une part qu’il ne s’agit pas d’une traduction de première mains des textes de Nag Hammadi faite sur le copte. C’est une traduction de traduction, faite à partir de l’anglais. Le volume original a en effet été publié en anglais sous le titre The Nag Hammadi Library in English. Cette édition, plusieurs fois réédité et qui a rendu de fiers services est cependant désuète. Les traductions anglaises des textes de Nag Hammadi parues dans ce volume sont désormais toutes disponibles en ligne (gratuitement) sur le site web de la Gnostic Society. C’est ainsi inutile de l’acheter. Elle ne bénéficie pas des 35 dernières années de recherche sur les textes de Nag Hammadi, et surtout sur la grammaire et la syntaxe des dialectes de la langue copte. Cette bonne vieille édition a ainsi été remplacée (en 2009) par une édition anglaise plus récente publiée sous la direction du défunt Marvin Meyer et à laquelle a collaboré James M. Robinson, ainsi que Wolf-Peter Funk (Université Laval), Paul-Hubert Poirier (Université Laval) et Elaine Pagel (Princeton University) : The Nag Hammadi Scriptures. Si vous voulez une bonne traduction anglaise à jour et pas chère. c’est cette dernière qu’il faut acheter.

La question que je me pose au sujet de la traduction française publiée par la maison d’édition de Pierre Jovanovic est la suivante : Quel est l’intérêt de publier la traduction française d’une traduction anglaise de textes coptes? Pourquoi aussi avoir choisi de traduire une traduction anglaise désuète et accessible gratuitement en ligne? Pourquoi ne pas avoir demandé à des chercheurs qui savent lire le copte de produire une traduction originale plutôt que de traduire une traduction anglaise qui n’est plus à jour? Est-ce que le grand public est bien servi? De plus, le volume anglais plus récent coûte $19.75 chez Amazon.ca (en date du 18 février 2013). Les deux volumes du Jardin des livres coûtent 21 euros chacun… Ça fait un peu plus de $56 (en date du 18 février 2013). Et c’est une traduction française faite sur une traduction anglaise (qui est dépassée, ne l’oublions pas). C’est un pensez-y bien. Moi, en tout cas, je ne suis pas preneur. Pas à cause du prix, mais parce que c’est une traduction de secondes mains qui n’est pas faite directement sur le copte. J’ai examiné ces volumes en librairie et en bibliothèque et c’est très mauvais. Les traducteurs français ne comprennent souvent pas ce qu’ils traduisent de l’anglais. Le vocabulaire technique de la gnose est parfois bien nébuleux et confus. Impossible, notamment, de s’y fier pour une étude de détails. Je ne recommande donc pas de faire l’acquisition de ces volumes. (NB : Ne me demandez pas des exemples de traductions nébuleuses, je n’en donnerai pas sur mon blog, ni par courriel, mais si vous voulez, invitez-moi, payez-moi un verre, on sort les livres d’une bibliothèque et on regarde ça.)

Mais, me dira-t-on, je suis nul en anglais et je veux lire les textes de Nag Hammadi en français. Alors là gardez vos sous et lisez-les (gratuitement) en ligne sur le site de la Bibliothèque copte de l’Université Laval. Inutile de dépenser $56. Vous pouvez aussi vous procurer les fascicules qui sont publiés aux Presses de l’Université Laval. C’est cher, certes, mais ça vaut la peine si vous voulez être sérieux dans vos recherches. Autre alternative, procurez-vous la traduction française de l’ensemble des textes de Nag Hammadi publiée chez Gallimard dans la collection Bibliothèque de la Pléiade sous le titre Écrits gnostiques.

Je vous laisse tirer vos propres conclusions.

 

Évangile de Judas : Traduction française en ligne

 Antiquité, Religieux, Universitaire  Commentaires fermés sur Évangile de Judas : Traduction française en ligne
Jan 062013
 

Pierre Cherix (Université de Genève) met en ligne sur son site COPTICA des ressources pour les coptisants.

Il nous offre aussi une traduction française, une édition du texte copte et une concordance de l’Évangile de Judas qui tient compte des nouveaux fragments (un PDF va s’ouvrir) : http://www.coptica.ch/Cherix-EvJudas.pdf.

Ma contribution parue en 2012 dans le volume En marge du canon aux Éditions du Cerf : “L’Évangile de Judas cinq ans après sa (re)découverte. Mise à jour et perspectives.”

Évangile de Judas : Mise au point au sujet des nouveaux fragments

 Actualité  Commentaires fermés sur Évangile de Judas : Mise au point au sujet des nouveaux fragments
Déc 092012
 

Depuis la mise en ligne de mon article L’Évangile de Judas cinq ans après sa (re)découverte. Mise à jour et perspectives, je reçois des courriels de lecteurs qui doutent de ce que je dis. Afin de vous rassurer, si cela est possible : Il n’y a pas de complot visant à censurer l’Évangile de Judas. Mon article n’a pas été commandé par les autorités religieuses et il ne s’agit pas de propagande religieuse et anti-scientifique. Je persiste et je signe (et svp, lisez mon article au complet, pas seulement l’introduction et la conclusion…) : Les volumes consacrés à l’Évangile de Judas publiés par la National Geographic Society et traduits dans de nombreuses langues l’ont été prématurément, avant que la communauté scientifique n’ait pu discuter du contenu (il n’y a pas eu d’examen par les pairs, ce qu’on appelle en anglais «peer review»). C’est très inhabituel que des livres de vulgarisation destinés au grand public paraissent avant les rapports scientifiques. Ce fut le cas avec l’Évangile de Judas. Je n’invente donc pas, ni ne donne une série d’«opinions» en «(gardant) le silence sur ce qui (me) gêne». Je donne des exemples précis de traductions qui me semblent nettement orientées en m’appuyant sur la sémantique et la syntaxe du copte (lisez l’article svp avant de me dire que j’invente tout et que je spécule). De plus, il y a effectivement des nouveaux fragments de l’Évangile de Judas qui ont fait surface et qui corrigent et rendent désuète l’interprétation initiale proposée par l’équipe qui a produit les premières traductions destinées au grand public. C’est super intéressant tout ça et je m’étonne que certains lecteurs aient des réserves à recevoir et à accepter ces nouvelles données, soupçonnant un complot des autorités religieuses et qu’ils tiennent mordicus à la version popularisée par la campagne médiatique et les publications de la National Geographic Society.

Je ne suis absolument pas le seul à le dire qu’il y a des nouveaux fragments. Ils sont accessibles (avec des images digitales) sur la page web de Gregor Wurst (Université d’Augsbourg), lui qui était de l’équipe initiale. Mais encore, un article scientifique paru dans la revue Early Christianity en 2009, signé par le trio Krosney, Meyer et Wurst (trois signataires de livres publiés à la National Geographic Society), en présente un rapport préliminaire :

H. Krosney, M. Meyer, G. Wurst, « Preliminary Report on New Fragments of Codex Tchacos » Early Christianity 1, 2010, p. 282-294.

Cet article n’est pas accessible gratuitement sur le web, mais si vous vous adressez à une bibliothèque universitaire, le personnel se fera un plaisirs de vous le rendre disponible. Je l’ai en format PDF, mais je ne me risque pas à le diffuser…

Une monographie en espagnol, recensée par Louis Painchaud dans le numéro 3-2012 de la Revue d’histoire des religions en propose une traduction. Ce même Louis Painchaud en a fait état à l’Académie des inscriptions et belles lettres le 13 mai 2011. Anna Van den Kerchove (Institut européen en sciences des religions) le signale sur son blog et renvoie à la page web de Gregor Wurst.

**En date du 6 janvier 2013 j’ajoute un lien vers la nouvelle traduction française de Pierre Cherix (Université de Genève) qui tient compte des nouveaux fragments (un PDF va s’ouvrir) : http://www.coptica.ch/Cherix-EvJudas.pdf.

J’ignore pourquoi le grand public n’est pas informé de ça.

Ce qui devrait nous étonner et qui devrait alimenter nos réflexions est plutôt le silence des médias concernant ces nouveaux fragments.

En souhaitant que la National Geographic consacre un numéro thématique aux nouveaux fragments. Mais peut-être que ça ne serait pas aussi vendeur ? La question se pose…

(article de mai 2012)

 

Sep 182012
 

 

(En date du 13 avril 2014, suite à la publication d’un dossier scientifique dans le Harvard Theological Review, j’ai écrit une mise à jour disponible ici.)

Karen King vient de présenter à la communauté scientifique un fragment de papyrus en copte qu’elle et quelques autres datent du 4e siècle. Le document attribue notamment à Jésus les mots «mon épouse» […] «elle sera en mesure d’être mon disciple». Le problème avec ça est qu’aucun critère ne permet de dater paléographiquement un papyrus copte avec autant de précision. L’analyse de l’encre au c14 n’est pas envisageable (à cause de la dimension du document – c’est trop petit ). Quelques collègues (notamment un des bons paléographes que je connaisse, un vrai spécialiste des manuscrits coptes, Alin Suciu) ont déjà émis de très grosses réserves quant à l’authenticité de cet artéfact. Ma première réaction lorsque j’ai vu la photo du papyrus est que ça semble bizzare et grossier comme écriture. À mon sens, il est prématuré de conclure quoi que ce soit. Quoi qu’il en soi, ça a fait les manchettes du NY Times

Je précise que ce qui me fait douter de l’affaire, ce ne sont pas des considérations doctrinales, ni parce que ça “ébranle la foi” ou que ça heurterait mes convictions. Le doute vient du fait que le papyrus, tel que vu dans les médias, comporte des anomalies importantes (voir mes ajouts en bas de la page et un lien vers la dite photo.)

 

Cela dit, le concept d’épouse du Christ est quelque chose de bien documentable dans la littérature spirituelle patristique. Mais ça ne signifie pas qu’il s’agisse d’un mariage dans le monde matériel, si je puis le dire ainsi. C’est comme le baiser sur la bouche que Jésus donne à Marie Madeleine dans l’Évangile de Philippe (un des pivot du Da Vinci Code et du livre Holy Blood and the Holy Grail). Ce baiser est le signe, ou le processus du transfert de l’Esprit et de la naissance spirituelle. On cite souvent en effet le logion 55 de l’Évangile de Philippe (les mots et les lettres entre crochets indiquent que l’éditeur les a restitués par une conjecture) :

(55) La Sagesse qu’on appelle « la stérile » est la mère [des] anges et [la] compagne du S[auveur].

[Quant à Ma]rie Ma[de]leine, le S[auveur l’aimait] plus que [tous] les disci[ples et il] l’embrassait sur la [bouche sou]vent. Le reste des [disciples]  [ . . ] . . . . . [ . ] . [ . . ] . . ils lui dirent : « Pourquoi l’aimes-tu plus que nous tous ? » Le Sauveur répondit et leur dit {   } « Pourquoi ne vous aimé-je pas comme elle ? »

Mais on mentionne beaucoup plus rarement ce qui vient avant dans le texte et qui constitue la clé herméneutique, les logia 30 et 31 (j’ajoute les caractères gras) :

(30) Tous ceux qui sont engendrés dans le monde c’est par la nature qu’ils sont engendrés, et les autres, c’est [d’où] ils sont engendrés qu’ils se nour[rissent]. L’homme, c’est de la [pro]messe qu’il re[çoit sa nourri]ture, en [vue du li]eu d’en haut. [S’il . . . . ] lui de la bouche – [d’où] provient la parole -, alors il serait nourri par (ce qui provient de) la bouche et il deviendrait parfait.

(31) En effet, les parfaits, c’est par un baiser qu’ils conçoivent et engendrent. C’est pourquoi nous aussi nous embrassons mutuellement et c’est par la grâce qui est en nous mutuellement que nous recevons la conception.

C’est une interprétation de la symbolique des noces dans le Cantique des cantiques («Qu’il me donne des baisers de sa bouche…») dont fait écho l’Apocalypse de Jean (les noces de l’Agneau) qui l’exprime littéralement : «L’Esprit et l’Épouse disent “Viens”» (Apocalypse 22.17). Nous (incluant les exégètes et les historiens) ne comprenons plus tellement bien ce langage qui exploite l’allégorie et la typologie. Mais c’est ainsi que les chrétiens s’exprimaient, ainsi que la branche rabbinique la plus mystique dans le judaïsme. J’ai un article sur ce sujet qui s’en va bientôt sous-presse “Husband and Wife as Spirit and Soul”. Je vous tiendrai au courant 😉

Marie Madeleine est à la mode, j’en avais déjà parlé abondamment ailleurs, notamment dans cette recension d’un livre qui lui avait été consacré en 2006.

****

 

– Ajouts (19 septembre 2012) : Sur la page facebook du Concordia Nag Hammadi Seminar, Louis Painchaud en appelle à la prudence et émet des réserves sur des bases paléographiques et papyrologiques. Il avait envoyé une lettre au site Jeunes et religions au Québec où on peut la lire : Épouse de Jésus : Prudence, dit un spécialiste (ajout du 27 nov 2016 : on me signale que cette lettre n’est plus en ligne).

 

– Je note que l’annonce a été faite au médias avant que la communauté scientifique n’ait pu examiner le papyrus (comme dans le cas de l’Évangile de Judas dont le contenu après coup s’est avéré être complètement différent de ce que la National Geographic et les médias avaient annoncé au public). On a pourtant prit soin de fournir une photo aux médias…

 

– Toujours sur facebook (18 septembre 2012, tard en fin de soirée), Brice Jones (candidat au Ph.D à l’U. Concordia) souligne quelques anomalies visibles sur la photo du papyrus.  Les lettres deviennent plus foncées à deux endroits bien précis. L’encre semble avoir “bavé” et le texte avoir été retouché exactement (quel hasard) où sont inscrits les mots «mon épouse» (taHime en copte) et «ma (naei en copte) disciple». Étrangement, les médias ne le disent pas et Karen King ne le signale pas dans ses travaux préliminaires. Or, une analyse paléographique qui se tient devrait en principe signaler un tel détail, surtout qu’il concerne les deux mots qui font couler de l’encre dans les médias et qui excitent les passions.

 

– Sur le blog d’April DeConick

Sur le blog de Marc Goodacre

– Alin Suciu : «I would say it’s a forgery. The script doesn’t look authentic» et de Stephen Emmel : «There’s something about this fragment in its appearance and also in the grammar of the Coptic that strikes me as being not completely convincing somehow».

En français sur cyberpresse : Un expert de l’Université Laval, à Québec, compte parmi ceux qui remettaient en question, mercredi, l’authenticité d’un fragment de papyrus du IVe siècle qui affirme que Jésus était marié.

 

Mise à jour 14 novembre 2013 : Larry Hurtado note que toujours rien n’a été publié

Mai 082012
 

Ma contribution au volume En marge du canon intitulée «L’Évangile de Judas cinq ans après sa (re)découverte. Mise à jour et perspectives» est disponible en PDF sur ma page academia en mode lecture. Si vous avez de la difficulté à visualiser l’article sur academia.edu, ou encore que vous voulez l’imprimer, laissez-moi votre nom et une adresse courriel valide et je vous envoie ça en pièce attachée avec un grand plaisir (mais pas une adresse anonyme du genre mariobross34@yahoo.fr, ou bien du genre fleurdelotus@hotmail.ca – à ce type d’adresse, je réponds rarement.)

Pourquoi ai-je écris un tel texte? La vraie raison? Pensez-vous que j’ai écrit ça pour la communauté scientifique? Les vrais experts de la littérature gnostique et des évangiles dits “apocryphes” n’apprendront pas grand chose de mon article. Pas mal tout est connu des “initiés”, mais on a lancé le grand public et les chercheurs indépendants sur une fausse piste en 2006 et il semble que de ce côté, ça ait stagné malheureusement là. Le public mérite d’être mis à jour.

Il circule ainsi sur internet des interprétations loufoques (appelons un chat un chat) au sujet de l’Évangile de Judas. Ces bien étranges interprétations sont toutes inspirées, directement ou indirectement des livres publiées en 2006 par la National Geographic Society (et même dans certains cas de d’autres livres qui s’inspiraient de rumeurs qui avaient précédés la publication par la National Geographic). Depuis, il en a coulé de l’eau sous les ponts et cette interprétation fictive, juste bonne pour Hollywood, est reléguée aux oubliettes. Pourtant, pas plus tard que cet avant-midi, un ami m’a fait parvenir un PDF dans lequel Daniel Meurois notamment et quelques autres qui se sont autoproclamés “exégètes” donnent leurs avis sur l’Évangile de Judas à partir des livres de la National Geographic et on y parle de censure de la part de qui pensez-vous? Bien oui, selon cette bande de rigolos, c’est encore l’Église, le Vatican et les universitaires qui cachent tout! (Ça devient lassant ce manque de créativité…) Vraiment, je lisais ça tranquillement cet avant midi et je n’en revenais pas tellement ce genre d’article berne le public et les honnêtes gens au sujet du contenu véritable, non seulement de l’Évangile de Judas, mais aussi de toute la bibliothèque de Nag Hammadi! C’est vraiment le syndrome “Da Vinci code” à son meilleur. Parfois ça frise tellement le ridicule que c’est gênant pour ces gens qui écrivent ça. Je ne donne pas le lien de cet article afin de ne pas lui faire de publicité. Si les collègues chercheurs veulent lire ça, écrivez-moi.

Je raconte quoi dans mon article? Des trucs techniques (avec des citations en copte et en grec – mais je songe à en écrire une version vulgarisée… j’ai juste besoin d’un bon gérant ou d’une bonne gérante!) Mais aussi plein de choses toutes simples que le public ignore malheureusement. Parmi celles qui ont le plus d’impact :

 

  1. La traduction de la National Geographic comporte des fautes de syntaxe (disons-le ainsi…) qui font dire au texte l’exact opposé de ce qui est contenu dans le papyrus en langue copte.
  2. L’équipe de la National Geographic avait mal lu le papyrus original en copte. Ainsi, leurs publications à l’intention du grand public disent parfois l’exact opposé de ce qui est dit sur le papyrus. Ces erreurs grossières sont presque toutes corrigées dans la grosse édition critique du texte en langue copte publiée par la National Geographic et destinée aux spécialistes, mais aucune version corrigée n’a été publiée à l’intention du grand public…
  3. Des fragments de pages qui manquaient (c’est l’antiquaire Bruce Ferrini qui les avait conservés) ont été récupérés par les chercheurs qui composaient l’équipe éditoriale de la National Geographic. Grâce à ces fragments une importante conjecture qui reconstituait une prétendue transfiguration et élévation de Judas se trouve infirmée. De plus, le fameux extrait «tu les surpasseras tous, car tu sacrifieras l’homme qui me sert d’enveloppe charnelle» qui a fait la une des médias et qui semblait proposer que Judas avait répondu à une demande de Jésus et avait surpassé en sagesse et en vertu les autres disciples se trouve clarifiée. Ce en quoi Judas surpasse les autres, c’est plutôt dans le mal puisqu’il sacrifie Jésus au démon Saklas!

Comment se fait-il que l’équipe éditoriale ait rendu disponible à la communauté scientifique ces fragments qui manquaient, mais que le grand public n’en ait pas été informé? La National Geographic a-t-elle publiée une nouvelle traduction destinée au public afin de rendre disponible une version conforme à ce que le papyrus contient? On veut le même battage médiatique SVP!!

Pour mes amis friands d’histoire de conspiration et d’ésotérisme, cet article constitue donc un cadeau que je vous offre avec amour et respect! Vous avez l’heure juste maintenant. Une fausseté répétée 1000 fois ne deviens pas une vérité, ni une accumulation de 1000 mauvaises preuves ne devient une vraie preuve.

**En date du 6 janvier 2013 j’ajoute un lien vers la nouvelle traduction française de Pierre Cherix (Université de Genève) qui tient compte des nouveaux fragments (un PDF va s’ouvrir) : http://www.coptica.ch/Cherix-EvJudas.pdf.

À vous d’en tirer vos conclusions.

Avec mes salutations amicales.

Serge

La nouvelle édition de la TOB

 La nouvelle édition de la TOB  Actualité, Livre, Religieux  Commentaires fermés sur La nouvelle édition de la TOB
Avr 252012
 

Pour faire suite à l’article précédent, un ami me signale que la nouvelle édition de la Bible TOB (qui date quand même de 2010) intègre six livres supplémentaires qui sont en usage dans la tradition de l’Église orthodoxe (donc, six autres livres deutérocanoniques). Ces livres sont :

  • 3 et 4 Esdras
  • 3 et 4 Maccabées
  • La prière de Manassée
  • Le Psaume 151

Des détails ici :

Une nouvelle édition de la TOB… avec six livres de plus ?

 

Avr 242012
 

Il circule sur le web une certaine confusion au sujet des livres dits “apocryphes”. On ne blâme pas les gens de bonne volonté de ne pas s’y retrouver. On dirait en effet que pour ce type de sujet, le web est l’endroit par excellence pour se confondre dans un tas d’opinions personnelles qui ne servent souvent qu’à vendre une salade mal assaisonnée.

J’ai reçu hier quelques courriels m’informant de l’existence d’une Bible au contenu subversif. Rien de moins! Cette Bible contiendrait en effet des livres “apocryphes”, me dit-on! On me précise qu’elle aurait un imprimatur de Pie XII, rien de moins! Une Bible tellement secrète et au contenu si explosif qu’aucune trace n’en subsisterait sur internet!

Qu’est-ce donc que cette Bible?

Il s’agit tout simplement d’une édition catholique publiée sous la direction du Cardinal Liénart! Rien de bien bien compliqué, une édition catholique tout à fait standard. Un simple survol du web nous fait trouver de nombreuses images de la couverture ou de la page titre de cette version et moi-même je l’ai souvent vue chez des bouquinistes à Montréal et à Québec. Il ne s’agit donc pas d’une édition secrète ou subversive au point où l’Église catholique en aurait fait disparaître les traces. Bien non, c’est une édition tout ce qu’il y a de plus ordinaire.

Pourtant, me dit-on, des livres “apocryphes” y sont inclus.

Un peu de lumière, s’il vous plait!

La confusion vient de l’usage sémantique du mot “apocryphe” qui n’a pas tout à fait la même signification dans l’usage anglophone que francophone. Mais encore, les protestants utilisent bien souvent eux aussi le mot “apocryphe” pour désigner un certain ensemble de livres dans le même sens que l’usage anglophone. De là ce constat qu’il existe un charabia quasiment indéchiffrable sur internet sur des sites traduits à la va-vite, souvent traduits en ligne de manière automatique. De plus, certains auteurs de sites sont manifestement mal informés et le résultat est un vrai melting pot où l’homme et la femme de bonne volonté s’y confondent.

Je vais essayer de simplifier ça à l’extrême.

Ces livres qu’on me dit être des livres “apocryphes” (Tobit, Baruch, Le Siracide, ou Ecclésiastique et quelques autres) sont en fait les livres deutérocanoniques qui sont inclus dans toutes les versions bibliques catholiques standards selon le canon (ou liste) de l’Ancien Testament de la Vulgate latine. Pour le redire le plus simplement du monde : ces “apocryphes” sont inclus dans toutes les bibles catholiques courantes comme par exemple la Jérusalem, ainsi que la version oecuménique TOB ou la Crampon ou la Osty (bref, toutes les éditions catholiques romaines). Ces livres, on les appelle deutérocanoniques. Le problème vient donc de la terminologie.

Un exemple est cette version anglaise que j’ai à la maison. (moi aussi j’ai donc une Bible “top secrète”!)

Il s’agit de la traduction dite “New Revised Standard Version” dans une édition des presses de l’Université d’Oxford. Voyez mon doigt et la mention With the Apocrypha. Qu’est-ce que cela signifie?

Les anglais disent ainsi tout simplement “apocrypha” là où les catholiques francophones disent “deutérocanoniques”. Un traducteur en ligne comme celui de Google risque d’y perdre son latin. 😀

On continue?

Les “apocryphes” alors, c’est quoi?

Pour le dire le plus simplement du monde : Là où les catholiques et les francophones disent “apocryphes”, les anglo disent plutôt “pseudepigrapha”. Ainsi, ce que les catholiques francophones et les universitaires nomment “apocryphes” (donc des livres comme l’Évangile de Thomas, les Actes de Jean et bien d’autres), les anglophones les nomment “pseudepigrapha”. Pour ajouter à la confusion, certains éditeurs anglophones ont aussi utilisé “apocrypha” pour désigner ce corpus. De plus, il y a aussi des Bibles catholiques éditées en milieux protestants qui utilisent le mot “apocryphes” dans leurs tables des matières.

On résume avec un petit tableau :

Deutérocanonique = Apocrypha (apocryphes pour certains protestants)

Apocryphe = Pseudepigrapha (pseudépigraphe en français)

 

 

Examinez attentivement la table des matière de ma Bible en anglais (cliquez simplement sur l’image pour plus de clarté, une nouvelle fenêtre va s’ouvrir). La liste des livres inclus dans cette édition est ici en ordre alphabétique. Trouvez les noms des livres qui ne vous sont peut-être pas familiers, notamment, mais pas exclusivement : Baruch, Bel and the Dragon, 1 Maccabees – 4 Maccabees, Prayer of Manasseh, Susanna, Tobit.

 

Ce qu’il faut débroussailler, c’est qu’au départ, pour ce que nous appelons l’Ancien Testament, il y avait un canon juif palestinien qui est encore aujourd’hui utilisé par les juifs contemporains. Les protestants utilisent aussi cette liste de livres.


Mais…

Dans l’Antiquité, les juifs de langue grecque avaient quelques livres de plus dans leur corpus. Les chrétiens ont naturellement continué à utiliser ces livres (mais non pas les communautés rabbiniques, héritières du judaïsme palestinien). Jérôme (le bon moine devenu un “saint”) en a traduit quelques un en latin et ils se sont ainsi retrouvés dans la Vulgate latine, et de nos jours dans les bibles catholiques. Ces livres “apocryphes” sont donc ceux-ci et si vous regardez dans la Bible de Jérusalem par exemple, vous constaterez qu’ils sont bel et bien là! La nouvelle édition de la Bible TOB incorpore même six nouveaux livres qui sont en usage dans la tradition des Églises orthodoxes.

On continue à débroussailler…

Les Églises chrétiennes dites Orthodoxes, les églises d’Orient comme les éthiopiens, les syriens, les coptes ont conservé d’autres livres au sein de leurs Ancien Testament (le nom qu’on utilise pour nommer l’Ancien Testament chez eux est la “Septante”, ou selon son abréviation courante, la LXX). Par exemple, il y a quatre livres des Macchabées dans la Septante (comme dans ma version en anglais) alors que dans la Vulgate latine – donc dans les éditions catholiques, il y en a seulement deux. Il y a aussi dans la Septante un livre intitulé “Les Odes” et quelques autres livres qui ne sont pas dans la Vulgate latine, donc pas dans les éditions catholiques.

On débroussaille encore un peu? Si c’est trop compliqué, passez. 🙂

Déplaçons nous donc en Éthiopie et… nous trouvons deux autres livres inclus dans leur Ancien Testament : “Le livre des Jubilées” et “le Livre d’Hénoch” (ce fameux livre que les érudits orthodoxes citaient et que les catholiques latins cherchaient désespérément). Pas caché donc, ni censuré, ni rien de ça (comme on le prétend souvent dans une certaine culture populaire). Il est tout à fait là, dans leurs bibles.

Autrement dit, si on résume et simplifie au maximum, le mot “apocryphe” n’a pas la même signification en anglais qu’en français. Sur internet, bien souvent on trouve de l’information floue parce que les sites passent d’une langue à l’autre via les traducteurs automatiques en ligne, ainsi que suite au manque d’information de ceux qui écrivent ces sites.

De plus, les listes de livres de l’Ancien Testament varient selon qu’on a affaire à une version protestante ou catholique ou orthodoxe ou juive.

Rien donc là de bien secret!

Voilà donc et fin du mystère!

Je vais ajouter une bibliographie de volumes de base d’ici quelques jours. Vous repasserez!

 

(15 janvier 2013) La voici cette bibliographie de base, pour lire les textes (merci à M. Chaput)

 

La Bible. Écrits intertestamentaires, Bibliothèque de la Pléiade no. 337, Éditions Gallimard, 1987.

Écrits apocryphes chrétiens t. 1 et t. 2, Bibiothèque de la Pléiade no. 442 et 516, Éditions Gallimard, 1997 et 2005.

 

Benoît XVI, Origène et l’Évangile de Thomas

 Actualité, Religieux  Commentaires fermés sur Benoît XVI, Origène et l’Évangile de Thomas
Avr 212012
 

C’est une très belle homélie pour la vigile pascale qu’a prononcée Benoît XVI le 7 avril dernier. Vous pouvez la lire ici (en français) ou en anglais ou en italien.

Qu’on soit catholique pratiquant, qu’on soit protestant, agnostique ou athée; qu’on aime la pensée et la théologie de l’Église et de Benoît XVI ou qu’on ne l’aime pas, une chose est indéniable : Ce Pape est un très grand érudit, très grand connaisseur de la littérature patristique et du christianisme ancien. En effet, au cours de mes recherches, il m’est arrivé à quelques reprises de tomber sur un article académique de Joseph Ratzinger (i.e. Benoît XVI), notamment sur Augustin. Un érudit tel que lui cite ainsi avec beaucoup d’aisance les auteurs chrétiens anciens et ça se voit rapidement aussitôt aussi qu’on ouvre un de ses livres.

Or, dans son homélie, et ça vous a certainement sauté aux yeux, Benoît XVI cite Origène. Certains d’entre vous aurez vite pensé que ça a quelque chose d’exceptionnel. En effet, Origène est un auteur qui a été suspecté par l’orthodoxie à partir du quatrième siècle. J’en glisse un mot dans une recension parue il y a quelques années dans la revue Religiologiques que vous pouvez lire ici. On lui a aussi payé une vilaine traite au Concile de 553 (Constantinople) alors qu’on a condamné un certain nombre de propositions émises par Origène dans son Traité des principes (ou selon son titre grec Peri Archôn). Cela dit, l’Église latine (donc le Vatican) a conservé de nombreux textes d’Origène en traduction latine produites pour la plupart par Rufin d’Aquilée, mais aussi par ce cher Jérôme (un saint!) qui a bien souvent mauvaise presse (mais qui lui aussi était un érudit d’exception – mais avec un caractère inqualifiable!) Ainsi, les moines catholiques ont patiemment recopié des homélies et des commentaires bibliques d’Origène en latin. En nous rendant ce fier service, nous pouvons encore aujourd’hui lire ces pages édifiantes. Sans eux, elles auraient sombré dans un naufrage dans les profondeurs du néant et auraient été perdues à jamais.

Revenons donc à cette citation d’Origène dans l’homélie du Pape. Je cite (mais vous venez de la lire, vous la connaissez maintenant aussi bien que moi!) :

 

« Le Christ, la lumière est feu, il est la flamme qui brûle le mal transformant ainsi le monde et nous-mêmes. « Qui est près de moi est près du feu », exprime une parole de Jésus transmise par Origène. »

Oh! Comme c’est intéressant ça : « Qui est près de moi est près du feu »! Origène cite une parole non canonique de Jésus, ce qu’on appelle en “jargon d’érudit” un agraphon. Une parole de Jésus non-écrite, transmise par un père de l’Église. On en compte beaucoup de ces agrapha. Mais dans le cas qui nous intéresse, dans le cas de ces mots de Jésus que cite Origène et que cite à son tour le Pape, les trouve-t-on ailleurs? La réponse est oui! On trouve cette phrase dans l’Évangile de Thomas retrouvé parmi les textes de Nag Hammadi. Il s’agit du logion 82 que voici :

Jésus a dit : «Celui qui est près de moi est près du feu et celui qui est loin de moi est loin du Royaume.»

Hum…

La rumeur rapporte pourtant que l’Église tremble de peur devant les textes de Nag Hammadi et cherche à tout prix à les cacher au public…

On nous disait aussi que l’Église avait condamné l’Évangile de Thomas

Ah! Ces rumeurs, toujours rien que des rumeurs. Laissons donc ces rumeurs courir et nous, avançons.

Le Pape savait-il qu’il citait un texte supposément hérétique? Certainement! D’une part, on le sait, Benoït XVI est un érudit de premier ordre. On peut l’aimer ou non, ce fait est indéniable. C’est un très grand savant et un grand connaisseur de la littérature chrétienne ancienne : La Bible, les Pères de l’Église et les livres apocryphes. Le Pape ne peut pas ignorer qu’il cite un apocryphe. C’est impensable. Mais encore, Michael Peppard (voir le lien plus bas) signale que le Pape cite aussi le logion 108 dans un de ses livres afin d’éclairer le sens de l’Évangile de Jean (celui que nous lisons dans nos traductions de la Bible). Ça dit quoi ce logion 108?

 

Jésus a dit : «Celui qui boira à ma bouche deviendra comme moi; moi aussi je deviendrai lui et les choses cachées se dévoileront à lui.»

Wow!

 

Merci à Michael Peppard, professeur à l’Université Fordham à New York de nous l’avoir signalé!  (en anglais)